L’histoire des consoles 1153

, par ACCA

7 votes

L’histoire des consoles

JeuxMangas se consacre à référencés tous les jeux vidéos adaptés de Mangas, sur toutes les consoles existantes. Bien entendu certaines console sont connues de tous, comme la NES, La Super-Nintendo ou la Playstation mais d’autres le sont peut être un peu moins.

C’est pourquoi nous vous proposons dans ce dossier des fiches consacrées à chaque console, dans lesquelles on vous parle de leur histoire mais également de leur intérêt en terme de collection de jeux vidéos Mangas.

On commence de dossier par la Playdia de Bandai.

Playdia

Quelques infos sur la console

PNG - 5.9 Mo
Console Playdia avec sa manette infrarouge
L’infrarouge est très limité, il faudra être bien devant le capteur et pas trop loin.

Nom & version : Playdia
Date de sortie Japon : 23/09/94
Date de sortie France : Non sorti
Date de sortie U.S. : Non sorti
Console éditée par : Bandai
Type de support accepté : CD-Rom
Rétro-compatibilité : Non

Un peu d’histoire

Première console « Made in Bandai », c’est une console 32 bits, donc faisant partie de la 5ème génération, elle fut destinée pour les enfants. Son public visé, ses couleurs criardes et sa manette infrarouge de 2 boutons n’aident pas à avoir des titres poussés, la plus part d’entre eux n’étant que des jeux éducatifs parsemés de vidéos.
Alors que Bandai avait les licences nécessaires comme Dragon Ball, pour ne citer que la plus populaire, seul une dizaine de jeux sont issus de la Jap’Animation sur cette console (dont 4 pour Sailor Moon et 2 pour Dragon Ball).

PNG - 4.1 Mo
Console Pippin
Qui se souvient de cette console ?

Vous vous en doutez, cette console est un grand flop qui sera suivie par la Pippin, car avec moins de 50 titres au total, elle ne pouvait rivaliser avec la Playstation, ni même avec la Saturn.
A noté que pendant cette période, très peu de jeux issus de la Jap’Animation sont sortis en étant édités par Bandai sur d’autres consoles. Pour contourner ce problème (flop de la Playdia + série qui file du fric), c’est Banpresto, filiale de Bandai, qui use des droits de ses ayants-droits pour en faire (en gros ça veut dire que Banpresto peut faire des jeux dont Bandai détient les droits sans problème puisque Bandai récupère des sous quand même).

Intérêt dans une collection de JM ?

Aucun intérêt, elle est moche, y a pas de jeux valables. La plus part des titres étant des jeux d’apprentissage, si vous ne parlez pas japonais, oubliez la tout de suite afin d’éviter de vider votre porte-monnaies pour des films interactifs et puis vu le prix des jeux, si vous ne cherchez pas où il faut, chacun d’eux vous en coûtera un bras. Avoir les jeux pour les avoir suffit largement et ça fait une place en plus à coté de la T.V.

P.-S.

playdia, bandai,